Le forum consacré aux fortifications françaises et à l’arsenal de Rochefort
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Défense des places le 155 L De Bange mdle 1877

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rankki
Membre confirmé
avatar

Date d'inscription : 20/08/2010
Age : 51
Localisation : Oulu (Finlande)

MessageSujet: Défense des places le 155 L De Bange mdle 1877   Jeu 23 Sep 2010, 21:38

Bonsoir,

Je propose ces quelques lignes sur un canon légendaire, conçu pour la défense des places, car il fallait aussi défendre les ports vers les terres. Sa " carrière " sera longue puisqu'il sera utilisé jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu'au cercle arctique (la France offre une cinquantaine d'exemplaires à la Finlande dans sa lutte contre la Russie)



La genèse

Militaire, Charles Ragon de Bange (1833 – 1914) est commandant lorsqu’il présente à Calais, en 1876, les canons de 155 mm établis par la commission d’étude des bouches à feu. Ils seront adoptés en commission le 20 février 1877.
Après la défaite de Sedan, l’armée généralise le chargement par la culasse après s’être dotée de pièces rayées (rayure qui imprime une rotation à la munition) sous Napoléon III. L’acier va remplacer définitivement le bronze et on abandonne ainsi l’ancien système de 1859 de canons en bronze chargés par la bouche. C’est aussi à ce moment qu’est adopté le calibre de 155 mm, devenu aujourd’hui le standard de l’artillerie lourde.
Le nouveau système Séré de Rivières nécessite de se doter d’une artillerie de place (et de siège le cas échéant), destinée à désorganiser les communications (routes, ponts, etc …) de l’ennemi. A l’origine il est conçu pour un tir de plein fouet, sur plateforme de tir.

Tir de place sur plateforme de tir

La pièce est destinée au tir de place ou dans des batteries pré-aménagées.
La mise en place d’une plateforme de tir (en bois) est longue : 6 heures pour le modèle 1883, 5 heures pour le modèle 1904. Elle se compose de trois étages de gîtes et madriers superposés, le tout pesant tout de même 5 200 kg. La différence entre les deux plateformes est que sur la seconde est fait usage du frein hydraulique alors que dans le modèle de 1880 le recul est limité par des sabots d’enrayage. Le modèle 1904 est une version simplifiée.
Le frein hydraulique, solidaire de la plateforme par son pivot, est réglé afin de donner un recul maximum de 0,80 mètre, ce qui correspond à un recul de 0,70 mètre avec les coins. Pendant le recul consécutif du tir, les roues montent sur ces coins, puis la pièce redescend par pesanteur dans sa position initiale. Le dépointage en direction est très faible si le frein se trouve bien dans le plan de symétrie de l’affût.

Tir sur ceintures de roues

Le 155 L s’avèrera inadapté au tir de campagne (il n’était pas conçu pour cela), car la mise en batterie était trop longue (construction de la plate-forme). Les ingénieurs conçoivent alors un certain nombre d’accessoires permettant de ramener à une heure la mise en batterie : les ceintures de roues, la glissière, les coins de recul et les cales. Outre la rapidité, l'avantage de ce dispositif rustique et efficace est de remplacer une plateforme de plus de cinq tonnes par des accessoires dont le poids total ne dépasse pas sensiblement la tonne. En outre les ceintures permettent de circuler sur de mauvais chemins, voire à travers champs.

Les ceintures de roues, appelées aussi cingoli, sont composées de 12 plateaux réunis entre-eux et d’un nombre égal de segments. Ils sont en bois et métal et s’apparentent aux chenilles des chars. La surface reposant sur le sol étant beaucoup plus importante, on peut s’affranchir de la plate-forme. Elles jouent aussi un rôle très important de freinage pendant le recul permettant de supprimer le frein hydraulique : les roues tournent avec une vitesse angulaire plus rapide que celle que prennent les ceintures. Il en résulte un frottement de type frein à patins mais plus puissant.

La glissière et les coins de recul évitent le dépointage. La glissière accompagne la crosse dans son recul et dans son retour en batterie, en freinant sur le sol par frottement. Chaînes et tendeurs assurent la liaison entre glissière et flèche. Enfin les coins de recul, placés à un petit mètre cinquante en arrière des roues, sont de plus grande taille que ceux utilisés sur plate-forme. Le dispositif peut être complété par des cales qui permettent de surélever les coins ou être placés devant les roues et limiter ainsi le retour en batterie quand le terrain est en pente.

Au départ du coup, le canon recule faisant monter roues et ceintures sur les coins. Le tout reprend sa place de départ par pesanteur.

Le transport

Deux moyens de déplacement seront utilisés.
Au départ il était mis en position de route sur avant-train de siège à contre-appui. Cela implique une manœuvre assez délicate qui consiste à déplacer le tube par roulement au moyen de galets. (voir schéma)
Après une petite modification sur l’affût, il peut être attelé à un tracteur. Cette solution offre le double avantage de diminuer le poids à remorquer et d’accélérer la mise en batterie.

Les théâtres d’opération

Le De Bange 155 L va être l’un des acteurs principaux de l’artillerie lourde pendant la Première Guerre mondiale, subissant au passage quelques modifications. Il sera toujours présent pendant la campagne de 1940 et, pris par l’ennemi, réutilisé dans la Wehrmacht pendant la suite du conflit. Moins connue est sa carrière dans l’armée finlandaise. La France en février et mars 1940 envoie de l’artillerie afin d’aider la Finlande dans sa lutte contre l’armée soviétique ; épisode héroïque appelé « guerre d’hiver » (talvisota 30.11.1939 – 13.03.1940). Leur arrivée tardive sur le front ne permettra pas leur utilisation avant la « guerre de continuation » (Jatkosota 25.06.1941 – 19.09.1944) toujours contre les Soviétiques puis contre les troupes allemandes toujours présentes en Laponie.

Rankki


Dernière édition par Rankki le Jeu 23 Sep 2010, 21:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rankki
Membre confirmé
avatar

Date d'inscription : 20/08/2010
Age : 51
Localisation : Oulu (Finlande)

MessageSujet: Re: Défense des places le 155 L De Bange mdle 1877   Jeu 23 Sep 2010, 21:49

Bonsoir,


CARACTERISTIQUES DU CANON DE BANGE DE 155 L, MODELE 1877

DONNEES BALISTIQUES


Sur sol horizontal avec angle max de 28° :
• 10 280 mètres pour l'obus à mitraille
• 10 000 mètres pour l'obus allongé
• 11 000 mètres pour l'obus D (en fonte aciérée)

En abaissant la crosse (et donc en dépassant l'angle max de 28° de l'affût), on peut atteindre la portée de 12 700 mètres avec un obus D

MUNITIONS

La charge de poudre est contenue dans une gargousse (chaussette de toile)

Projectiles :
• boîte à mitraille (400 balles de 65 grammes)
• Obus à mitraille de 4,8 kg (416 balles de 25 grammes et 12 galettes en fonte fournissant 288 fragments pesant en moyenne 43 grammes)
• Obus à balles modèle 1879-1915 de 40 kg (270 balles de 26 grammes)
• Obus chargés en explosifs :
- Obus allongé en acier de 42,5 kg
- Obus en acier modèle 1915 B (forme D) de 42,5 kg
- Obus en acier aciéré (forme D) de 43,7 kg
- Obus en fonte ordinaire de 41,3 kg
- Obus chargés en produits spéciaux

POIDS

• Tube avec sa culasse : 2 500 kg
• Affût : 3 200 kg
• Ceinture de roue ou cingoli : 326 kg
• Glissière de crosse : 210 kg
• Coin de recul : 83 kg
• Cale de coin : 28,5 kg
• Plate-forme : 5 200 kg

TAILLE

• Tube (longueur totale) : 4 200 mm
• Tube (partie rayée) : 3 171 mm
• Affût, hauteur de l'axe des tourillons au dessus de la plate-forme : 1,95 mètre




Belle restauration d'un exemplaire exposé au musée militaire de Hamina en Finlande




Cet autre modèle modifié pendant la Première Guerre mondiale (sens de l'anneau de levage qui est transversal) conservé au musée de Draguignan

Rankki


Revenir en haut Aller en bas
Bth
Membre confirmé
avatar

Date d'inscription : 15/08/2010
Age : 42
Localisation : Hauts de Seine (92)

MessageSujet: Re: Défense des places le 155 L De Bange mdle 1877   Dim 26 Sep 2010, 12:50

Bonjour Rankki,

Et merci pour cette présentation d'un des symboles de la fortification Séré de Rivières.

Un petit complément : il semblerait, comme le montre la photo jointe, que les 155 de Bange n'aient pas vu leur emploi limité qu'à la défense des fronts de terre des grandes places maritimes.

Ainsi, sur cette photo, on voit une batterie (malheureusement non localisée) armée d'au moins 3 pièces de 19c mle 1878 sur affût F PA, dont deux désarmées (il ne reste que les affûts), et complétée par au moins 3 pièces de 155 L.



Par ailleurs, on peut également citer l'exemple de la batterie du Mont de Couple à Boulogne-sur-Mer, qui alignait 2 canons de 24c G Mle 1876 sur affûts G PC et 2 canons de 155L de Bange.

A+
Lionel
Revenir en haut Aller en bas
http://lpracht.free.fr
Rankki
Membre confirmé
avatar

Date d'inscription : 20/08/2010
Age : 51
Localisation : Oulu (Finlande)

MessageSujet: Re: Défense des places le 155 L De Bange mdle 1877   Mer 29 Sep 2010, 18:31

Bonsoir,

Afin d'illustrer mon propos du premier message :


Tir sur ceintures de roues

Le 155 L s’avèrera inadapté au tir de campagne (il n’était pas conçu pour cela), car la mise en batterie était trop longue (construction de la plate-forme). Les ingénieurs conçoivent alors un certain nombre d’accessoires permettant de ramener à une heure la mise en batterie : les ceintures de roues, la glissière, les coins de recul et les cales. Outre la rapidité, l'avantage de ce dispositif rustique et efficace est de remplacer une plate-forme de plus de cinq tonnes par des accessoires dont le poids total ne dépasse pas sensiblement la tonne. En outre les ceintures permettent de circuler sur de mauvais chemins, voir à travers champs.




Les ceintures de roues, appelées aussi cingoli, sont composées de 12 plateaux réunis entre-eux et d’un nombre égal de segments. Ils sont en bois et métal et s’apparentent aux chenilles des chars. La surface reposant sur le sol étant beaucoup plus importante, on peut s’affranchir de la plate-forme. Elles jouent aussi un rôle très important de freinage pendant le recul permettant de supprimer le frein hydraulique : les roues tournent avec une vitesse angulaire plus rapide que celle que prennent les ceintures. Il en résulte un frottement de type frein à patins mais plus puissant.




Un segment et un plateau

La glissière et les coins de recul évitent le dépointage. La glissière accompagne la crosse dans son recul et dans son retour en batterie, en freinant sur le sol par frottement. Chaînes et tendeurs assurent la liaison entre glissière et flèche. Enfin les coins de recul, placés à un petit mètre cinquante en arrière des roues, sont de plus grande taille que ceux utilisés sur plate-forme. Le dispositif peut être complété par des cales qui permettent de surélever les coins ou être placés devant les roues et limiter ainsi le retour en batterie quand le terrain est en pente.



Une glissière de crosse conservée au musée de Draguignan


Au départ du coup, le canon recule faisant monter roues et ceintures sur les coins. Le tout reprend sa place de départ par pesanteur.


Rankki


Dernière édition par Rankki le Dim 03 Oct 2010, 08:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rankki
Membre confirmé
avatar

Date d'inscription : 20/08/2010
Age : 51
Localisation : Oulu (Finlande)

MessageSujet: Re: Défense des places le 155 L De Bange mdle 1877   Mer 29 Sep 2010, 18:36

Bonsoir,

Je continue l'illustration ...



Le transport

Deux moyens de déplacement seront utilisés.
Au départ, il était mis en position de route sur avant-train de siège à contre-appui. Cela implique une manœuvre assez délicate qui consiste à déplacer le tube par roulement au moyen de galets. (voir schéma)
Après une petite modification sur l’affût, il peut être attelé à un tracteur. Cette solution offre le double avantage de diminuer le poids à remorquer et d’accélérer la mise en batterie.



L'ensemble des croquis provient de ma doc perso ...

Rankki
Revenir en haut Aller en bas
Steph
Admin
avatar

Date d'inscription : 19/07/2010
Age : 45
Localisation : Vendée (85)

MessageSujet: Re: Défense des places le 155 L De Bange mdle 1877   Mar 05 Oct 2010, 22:32

Bonsoir,

Merci Mr Rankki pour tous ces éléments très intéressants !!!

J’espérais pouvoir prendre aujourd’hui une petite photo du 155 conservé devant le Mémorial de Fleury, mais quand nous y sommes passés, après une journée bien remplie, il faisait nuit et, vu qu’on est en Lorraine… Rolling Eyes il pleuvait ! Mais j’avais pris mes précautions avant de partir : voici la pièce en question, photographiée en 1999.



Bonne soirée

Steph

_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://www.steph-sph.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Défense des places le 155 L De Bange mdle 1877   

Revenir en haut Aller en bas
 
Défense des places le 155 L De Bange mdle 1877
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les défenses de l'arsenal de Rochefort :: Armement :: Artillerie :: Artillerie de campagne-
Sauter vers: